Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Synesthésie

Posted on | mars 29, 2010 | No Comments

La synesthésie est une anomalie neurologique qui fait associer chez les gens en étant atteint plusieurs réponses perceptuelles à une seule sensation. Pour simplifier les choses, donnons quelques exemples: les gens peuvent percevoir les sons comme des sons mais aussi des couleurs ou des formes, ou les mots comme colorés.. plusieurs variantes existent.

Le concept est intéressant et sert surtout à introduire une réflexion plus large sur la perception, l’art et le plaisir en général.

Bien que de multiples définitions abondent, le sujet est loin d’être saturé, alors j’y vais de ma propre description de l’art comme de la capacité de susciter, au travers d’un médium quelconque, un éventail de réactions sensorielles ciblées dans le temps. Et en complément de l’artiste, l’esthète est celui qui tire son plaisir de ces réactions. Est-ce à dire que je crois l’art dénué de portée morale ou intellectuelle? Non, bien sûr. Car la moralité et l’intellect émergent également de la sensation brute.

Bref, où est le rapport avec la synesthésie? Dans l’observation empirique que les esthètes peuvent en général appliquer leur aptitude à tirer plaisir de l’art à plusieurs, sinon toutes, ses manifestations. Et ne se gênent pas pour les combiner volontairement, tandis que le synesthète le vit sans aucun contrôle. Si vous pouvez vous imaginer le parfum de ces fleurs, vous êtes un esthète. Mais si vous le sentez réellement, vous êtes un synesthète.

Ainsi, la gastronomie a toujours fait bon ménage avec la peinture (on ne compte plus les natures mortes et les reproductions de banquets) mais également avec la littérature (Alexandre Dumas y est d’ailleurs allé de son Grand Dictionnaire de cuisine) et la musique (Tournedos Rossini, quelqu’un?). Le cinéma, la littérature partagent des affinités évidentes, et se combinent également à la musique, brillament dans Mort à Venise de Visconti. L’odorat n’y échappe pas non plus (Le Parfum), et tout ce beau monde plonge allègrement dans la sensualité.

L’esthétique est un talent qui se développe et qui s’exporte à tous les médiums. C’est l’art de prendre son temps, de savourer ses sensations, de s’y attarder et de leur accorder une valeur. Un nom. De les reconnaître. Une fois que l’on parvient à ce niveau, on réalise qu’au fond, le plaisir est partout. Car le temps et les sensations sont également le propre de notre quotidien.

Share

Related posts:

  1. Feuilles d’érable en voie de disparition
  2. L’art, l’artiste et l’agression
  3. La peur du noir
  4. Murakami

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll