Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Des enfants heureux

Posted on | mai 3, 2010 | 1 Comment

Élever des enfants n’est pas toujours de tout repos; tous ceux qui en ont fait ou qui en font encore l’expérience souriront à ces propos. Sans être particulièrement angoissé ni nerveux, je dois admettre que l’éducation de mes enfants a toujours été, est et sera sans doute longtemps une source de préoccupation.

L’un des points m’ayant le plus inquiété initialement est celui de l’éducation dite « morale », que l’on voit souvent également comme « religieuse » bien que manifestement dans ce cas-ci ça ne soit pas le cas. Comment élever mes enfants à contre-courant dans un monde où les réponses toutes faites sont amplement disponibles? Leur mère et moi ayant pris la décision de ne pas les baptiser, au grand dam de certains membres de nos familles respectives, nous poursuivons leur développement sensiblement dans la même veine.

Il appert que mes inquiétudes n’étaient pas fondées. Nos enfants, comme je le découvre à ma plus grande joie à chaque jour, ont un sens critique et un scepticisme bien développés, et que nous encourageons tous deux régulièrement. Nous essayons à l’occasion de leur faire croire mille propositions absurdes, en les appuyant de notre autorité parentale. C’est une pure merveille que de lire sur leur visage leur interrogation, leur questionnement intérieur, leur défi timides à notre position… le tout se terminant généralement par une courte question: « Crois-tu que c’est vrai? » Leurs yeux s’illuminent alors devant la liberté d’exprimer leur doute.

Ces propositions ne sont pas toujours fausses – la recherche de la réponse s’inscrit dans le processus. La vie se déploie alors dans toute sa splendeur devant eux, parfois des façons les plus incongrues. Nous subirons peut-être les contrecoups de ce sens critique à l’adolescence, mais au moins, on peut se préparer à l’avance!

Je prends toujours le temps de discuter un peu avec les enfants avant leur nuit de sommeil. Récemment, alors que nous discutions de dieu, un terme qui les intrigue quand même passablement, le plus jeune m’a posé la question à savoir qui était dieu. Je lui répondis que certaines personnes croyaient qu’un être nommé « dieu » avait créé le monde et la Terre et l’ensemble des choses, et que d’autres n’y croyaient pas. Il me demanda ensuite si moi j’y croyais, question à laquelle je répondis par la négative.

Alors il poussa plus loin la réflexion: « Mais si ce n’est pas dieu, qui a créé la Terre? » N’étant pas d’humeur à entamer une longue discussion sur la géologie et la formation des planètes, je lui avouai mon ignorance et lui demandai plutôt ce que lui en pensait. Après un moment, il proposa cette hypothèse: « Peut-être que ce sont des morceaux qui se sont collés tout seul? » Ce qui, substantiellement, est le meileur résumé que j’aurais pu faire.

Ai-je précisé qu’il n’a que quatre ans?

On établit souvent un lien entre la moralité et la religion. Mais lorsque ces mêmes enfants, d’un air grave et avec une pointe d’incompréhension, demandent à leur mère pourquoi le Père Noël apporte plus de cadeaux aux enfants riches qu’aux enfants pauvres, et sont choqués de cette injustice, je constate avec fierté que le sens moral repose au contraire sur toute autre chose.

Je n’ai plus autant de préoccupations aujourd’hui quant à leur éducation, particulièrement face aux questions existentielles qu’ils me poseront certainement à de multiples reprises. Je sais que la meilleure réponse sera ma réponse honnête, et que parfois, la meilleur réponse sera l’admission de mon ignorance, et que leur sens critique et la recherche les guideront mieux que n’importe quel autre précepte préfabriqué.

Mes enfants ne seront pas des enfants chrétiens, musulmans, ni même athées ou agnostiques. Mes enfants seront des enfants heureux, libres, épanouis, vivants et curieux. Ce seront des enfants qui feront le choix de leur étiquette à l’âge adulte, et ce, uniquement s’ils le désirent.

Share

Comments

One Response to “Des enfants heureux”

  1. R. V. Létourneau
    janvier 19th, 2014 @ 09:38

    La liberté ne nait pas de l’ignorance mais de la connaissance, notamment celle des philosophies et religions. En somme votre position consiste à maintenir vos enfants dans l’ignorance jusqu’à l’âge adulte.
    Bref, une autre famille Pineault-Caron!

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll