Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Choisir sa prison

Posted on | juillet 3, 2010 | No Comments

Différents éléments moulent notre personnalité et influent sur les choix que nous effectuons, que ce soient de banales décision de routine parsemant notre quotidien, autant que des choix cruciaux orientant de larges pans de notre existence. Nos valeurs, notre éducation, notre culture, et nos expériences passées se combinent à certaines prédispositions psychologiques; de ce mélange unique jaillit notre personnalité, notre unicité.

Incidemment, ce sont aussi les traits que nous transmettons à nos propres enfants. Dès les cruciales premières années de leur vie notre influence oriente leur développement à tous ces égards. Nos enfants ne deviendront des adultes à part entière que lorsqu’ils s’affranchiront de cette influence, et effectuerons le choix conscient de rejeter ou conserver ce que nous leur avons légué.

Malheureusement, il arrive parfois que cette étape ne soit pas franchie, cette maturité ne soit pas acquise. Vous avez certainement déjà rencontré de ces personnes; ce sont elles chez qui, par exemple, la haine tenace d’un ennemi ancestral est transmise de génération en génération. La logique est totalement évacuée par la rancune; en fait, la justification de cette hargne se résume souvent à poursuivre le combat, par respect pour mes ancêtres.

Ce faisant, l’esprit est confiné au sein d’une prison dont la clé est depuis longtemps perdue. Ce qui justifiait les actions passées ne se justifie probablement plus au présent. Le respect est perverti en une absence d’affranchissement face à son passé collectif. Cela ne veut pas dire qu’il faut renier, ignorer les évènements du passé. Au contraire, l’étude de l’histoire, des réactions sociales en divers temps et lieux, est fondamentale et permet d’éviter de répéter à nouveaux les mêmes erreurs. Par contre il arrive que ce passé, que l’on devrait s’approprier, est plutôt ce qui prend possession de nous.

Qu’arrive-t-il alors? Nous perdons notre personnalité, notre unicité. Nous devenons une caricature, un écho fanatique des rancunes d’antan. Nous perdons notre humanité, et toute capacité de la faire évoluer au-delà de son présent, du présent réel et non imaginaire, en raison de cette incapacité à s’affranchir du passé et à saisir complètement la nature de l’époque que nous traversons.

Je souhaite à mes enfants cette capacité de se remettre en doute, de me remettre en doute, et de parvenir à leurs propres conclusions. J’espère aussi qu’ils auront la capacité de revoir régulièrement ces conclusions face aux expériences qu’ils vivront. Je leur souhaite d’être unique, et beaucoup plus grand que moi.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll