Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Lock-out et sécurité publique

Posted on | juillet 20, 2010 | No Comments

 Le récent lock-out décrété au port de Montréal risque d’avoir des effets inattendus sur la sécurité publique et, indirectement, sur les finances des groupes criminels.

Ainsi, selon l’ERTA, un groupe de travail universitaire sur le terrorisme, seulement 1 à 2% des conteneurs sont la cible d’une inspection par les autorités lors du débarquement. Un taux de succès de 98% rend le trafic de substances illégales hautement attrayant pour les groupes criminels de toutes sortes. La vulnérabilité des ports canadiens avait déjà été soulignée en 2003 par le SCRS, et bien que les mesures de sécurité aient été resserrées au niveau du transport maritime (surtout dans la foulée du 11 septembre 2001) celles-ci sont beaucoup moins imposantes que les mesures de sécurité du transport aérien, par exemple.

Bien entendu, les saisies occasionnelles réconfortent l’opinion publique. Ainsi, en 2010, on a fait mention d’une saisie de 1,7 tonnes métriques de haschich, et de 98 kg d’opium. En 2006, la marine canadienne interceptait en mer près de 22,5 tonnes de haschich. Mais tout ça ne demeure qu’une goutte d’eau dans l’océan.

Privées de leur source d’approvisionnement, les organisations criminelles de tout acabit ont le plus à perdre dans cette histoire et ce conflit qui s’éternise. Bien que nous ne soyons plus à l’époque de l’affaire Matticks, ce vérificateur de conteneurs qui avait mis en place tout un réseau d’importation dans le port de Montréal entre 1999 et 2001, profitant des règles favorisant les candidats référés par les membres du syndicat pour l’obtention de postes vacants, il sera intéressant de suivre l’évolution des différents discours au sein de la partie syndicale tout au long de ce conflit.

Nul doute que les autorités publiques poseront un regard attentif sur toute la situation. Ceci dit, ci celui-ci venait à s’éterniser, les effets du lock-out seront surtout ressentis par les commerçants et, en bout de ligne, les consommateurs, qui verront le coût du transport de marchandise grimper en flèche.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll