Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Le Parrain

Posted on | novembre 14, 2010 | No Comments

La mafia est une fois de plus parvenue à monopoliser les gros titres des quotidiens québécois cette semaine. D’une part, l’assassinat de Nicolo Rizzuto dans sa propre résidence a secoué la métropole mercredi soir. D’autre part, l’inertie manifeste du gouvernement libéral face aux preuves de plus en plus flagrantes de collusion entre le monde interlope, l’industrie de la construction et différents paliers gouvernementaux continue à entraîner les foudres de l’opposition.

Le parallèle entre les deux évènements est intéressant: Rizzuto a été abattu d’une seule balle bien placée par un tireur embusqué. Le coup était manifestement minutieusement planifié. Le premier ministre Charest, quant à lui, est la cible d’un feu nourri de la part de ses critiques qui ne parviennent toutefois pas à faire mouche et à porter le coup fatal. Le très, très minoritaire Gérard Deltell, plébiscité à la tête d’une ADQ dont le rôle dans l’univers politique provincial est de plus en plus incertain, s’est même laissé aller à le traiter de Parrain de la famille libérale (même s’il a par la suite nuancé ses propos en précisant que le terme parrain ne faisait pas toujours référence à la mafia).

Plus frappant encore fut la montée graduelle des menaces envers Nick Rizzuto cette année – après le meurtre de son petit-fils en janvier, et la disparition de son consigliere il y a quelques mois, le Vieux savait fort bien qu’il était le prochain sur la liste. Hors, la pression monte tout aussi graduellement dans le dossier de la corruption. Les maires de Mascouche et Terrebonne ont tous deux dû s’éloigner temporairement du pouvoir suite aux révélations concernant de possibles conflits d’intérêts avec le milieu de la construction. La pression monte également du côté du maire de St-Jérôme. Toujours à Mascouche, un ancien organisateur libéral dit craindre pour sa sécurité après avoir demandé au congrès du PLQ la mise sur pied d’une commission d’enquête sur la corruption dans le milieu de la construction – motion que personne n’osa seconder au sein de son propre parti.

Une vague qui a débuté en ciblant le menu fretin a emporté le chef d’une organisation criminelle autrefois puissante – une vague de même intensité est-elle enfin en train de débuter son parcours dans le milieu politique québécois? Pour l’instant elle ne touche également que le menu fretin – maires de villes banlieusardes sans importance. Parviendra-t-elle jusqu’à l’Hôtel de Ville de Montréal? Jusqu’à l’Assemblée Nationale? Qui emportera-t-elle la prochaine fois?

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll