Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

La polygamie

Posted on | novembre 22, 2010 | No Comments

Une petite communauté religieuse de Colombie-Britannique a décidé de saisir les tribunaux de cette province afin de rendre légal le fait d’avoir plusieurs conjoints. La polygamie fera-t-elle bientôt un retour près de chez vous? Avant de monter une telle affaire en épingle, interrogeons-nous sur le pour et le contre de la polygamie, et voyons-voir les arguments avancés dans ce dossier.

L’institution du mariage (si on peut vraiment l’appeler ainsi!) en a pris pour son rhume au cours des dernières années, d’abord avec la hausse fulgurante des conjoints de fait, puis par la reconnaissance des mariages homosexuels. Une certaine libéralisation du mode de vie conjugal est en train de s’opérer. Sa permanence n’est plus un critère définitif, comme le montre le taux élevé de divorce ou de rupture.

En même temps, les avantages qu’il procure ne sont lui sont plus exclusifs. Le bon vieux devoir conjugal a depuis longtemps fait place à une sexualité libérée des liens du mariage. D’ailleurs, dans certain cas celle-ci inclut volontairement d’autres partenaires – les relations ouvertes, sans être majoritaires, font tout de même partie du paysage social.

Les avantages économiques et sociaux du mariage, de leur côté, sont plus ou moins disponibles aux autres types de conjoints. Ainsi, un testament pourra régler la question du partage du patrimoine au décès de l’un d’entre eux, et la plupart des compagnies d’assurances reconnaissent comme bénéficiaire les conjoints de fait. La notion de dépendance économique et d’entraide entre les conjoints, par contre, reste plutôt floue – un récent jugement très médiatisé l’a d’ailleurs remis sur le tapis.

Ceci dit, en dépit de l’opinion exprimé par certains de ses partisans, la polygamie traîne un lourd héritage d’abus, généralement à l’encontre des femmes. On parle d’ailleurs beaucoup plus souvent de polygamie que de polyandrie. De plus, l’argument avancé par le demandeur, soit la liberté de religion, n’est pas un billet gratuit vers la dérégulation totale. Une communauté religieuse ayant utilisé le même argument pour refuser l’identification par photo sur le permis de conduire s’est fait débouté sur ce point, la cour retenant plutôt la nécessité de protéger adéquatement l’ensemble de la population.

Bien qu’il existe effectivement des unions heureuses incluant plus de deux partenaires, celles-ci ne sont pas assez nombreuses pour justifier un changement aux lois canadiennes. Selon toute évidence, on confinera donc la polygamie là où elle se situe présentement, c’est-à-dire uniquement au sein des fantasmes de certains.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll