Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

La fausse science et la religion

Posted on | décembre 16, 2010 | No Comments

Vous connaissez peut-être la fondation John Templeton. Il s’agit d’un organisme soi-disant scientifique qui remet de généreuses bourses à des chercheurs publiant des articles en faveur de l’existence de Dieu, ou appuyant les articles de foi de la tradition judéo-chrétienne.

Malheureusement, les résultats de la fondation ne sont pas toujours à la hauteur des attentes de la communauté scientifique. Par exemple, un chercheur du nom de Justin Barrett à passé trois ans de sa vie, et dépensé la rondelette somme de 3,9 millions de dollar, à prouver que la foi en dieu est un aspect inné du développement humain.

Ses conclusions sont plutôt surprenantes. Barrett croit avoir déterminé que les enfants parviennent très tôt dans leur développement au concept d’agencement, c’est à dire, que les choses agissent ou sont constituées de la façon dont elles apparaissent pour des raisons précises. Pour Barrett, c’est le moteur de la foi – les enfants attribueraient tout normalement cette raison, cette conception à Dieu.

L’argument est plutôt faible, et à plusieurs niveaux. D’une part, le concept de causalité se développe très rapidement (dès la fin de la première année, en fait) chez l’enfant, et ce concept s’imprime par la suite de façon métaphorique lors du développement cognitif de l’enfant. L’importance cognitive de la métaphore a été expliquée par Lakoff et Johnson, notamment. Ce développement a donc lieu avant même l’apparition de la foi.

D’autre part, il est loin d’être acquis que le point final de toute causalité soit un dieu quelconque. En fait, la science à érigé en méthode la recherche des causes, et n’a jamais eu besoin jusqu’à ce jour de recourir à un quelconque être surnaturel pour expliquer quoi que ce soit. Un enfant, laissé dans l’ignorance de la religion, n’y recourra pas d’avantage, comme je l’ai déjà démontré à l’aide de ma propre descendance.

Enfin, la recherche neurobiologique tend plutôt à situer le siège de la foi chez l’être humain dans les zones du cerveau associée aux émotions, et non celles associées à la raison. De plus, la foi pourrait être un sous-produit de circonstances environnementales lors du développement de cette partie du cerveau, tel que démontré par Patrick Jean-Baptiste.

Bref, il y a loin de la coupe aux lèvres pour M. Barrett. Ce dernier affirme qu’il faut des « conditions culturelles agressives pour détourner les enfants de cette voie » mais, fait étrange, le fait dans un livre qu’il publie de façon indépendante, et non au sein d’un article qui serait révisé par un comité de professionnels du domaine. Ce simple fait en révèle beaucoup sur la crédibilité des recherches en question.

Share

Related posts:

  1. Vie extra-terrestre: check (?)
  2. L’éducation et le gros bon sens
  3. C’est pour mieux te voir…
  4. Foi et biologie

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll