Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Le succès dans la culture québecoise

Posted on | décembre 27, 2010 | No Comments

La représentation de l’entrepreneur couronné de succès se fait plutôt rare dans la culture Québécoise. En fait, le modèle typique de l’homme d’affaire dans notre culture est plutôt l’avare Séraphin Poudrier (Un homme et son péché) – un modèle si omniprésent qu’il a servi de base à Louis Morissette pour effectuer une caricature acerbe de Pierre-Karl Péladeau lors du Bye-Bye 2003.

Autrement quels modèles retrouvons-nous dans la littérature québécoise? Les personnages sans envergure, dévoilés dans toute leur médiocrité, attirent les foules. Pensons aux Belles-Sœurs. Pensons au roman du terroir et à son impact qui entache encore jusqu’à la production cinématographique québécoise. Dans La Grande Séduction par exemple, le personnage central, un médecin bien nanti de Montréal, est dépeint comme un toxicomane sur le party jusqu’à ce qu’une cure dans l’isolation de la campagne lui refasse découvrir de belles valeurs « morales »…

Denys Arcand ne fait pas une plus belle place au succès économique dans son œuvre, notamment dans la trilogie. Dans Les invasions barbares, le fils courtier en finance, est une bête étrange servant à mettre en valeur le déclin, la corruption et l’absurdité du monde qui l’entoure. Dans L’Âge des ténèbres, cet épouvantable relent du terroir nous est encore réchauffé lorsque le personnage joué par Marc Labrèche, fonctionnaire, membre de la classe moyenne (et même, très confortable), disjoncte complètement et ne réussit à retrouver ses esprits que dans un chalet isolé du Bas-du-fleuve.

La grande ville et/ou l’ambition, donc, sont toujours aussi mal perçus. C’est ce qui mène à la chute inévitable de la petite racaille dans Cheech, aux revirements de situation douloureux d’À l’origine d’un cri. L’ambition ne peut être que caricaturale. « Think Big, Sti! »

En fait, le Québec n’a qu’un seul type de modèle de réussite socialement acceptable : le joueur de hockey professionnel, dont l’apothéose s’effectue avec Maurice Richard. Tout autre modèle est condamné au pilori; la culture populaire s’assure de bien enfoncer en pleine gorge les conséquences dramatiques du succès, des musiciens populaires qui se font hara-kiri avec un couteau de cuisine au « Mozart québécois » André Mathieu qui sombre dans la folie et l’alcoolisme, pâle émule de Nelligan. Nous sommes incapables, culturellement, de nous donner un exemple de réussite économique comme modèle à suivre.

Notre dépendance alors au sport est un phénomène qui se reflète dans l’actualité. Selon le bilan annuel d’Influence Communication, l’économie ne vient qu’au 7ème rang des sujets discutés dans l’actualité avec 6,37% de couverture, loin derrière le sport (19,48%), les faits divers, la politique provinciale ou fédérale, voir la couverture internationale. Tristement, les arts et médias apparaissent encore plus bas, au 9ème rang. Sur le top 15 des nouvelles en 2010, 10 concernaient l’actualité sportive (7 le Canadien de Montréal), 3 la politique et 2 l’actualité internationale. Rien sur le monde des affaires. Le palmarès des 20 personnes les plus médiatisées depuis 2001 comprend 12 politiciens, 1 dictateur (Saddam Hussein) et 7 joueurs de hockey. Aucun artiste, aucun entrepreneur (même la grogne contre PKP ne le hisse pas dans ce palmarès!). Dans le top 10 en 2010, 7 joueurs du CH et trois politiciens.

http://www.influencecommunication.ca/pdf/bilan-qc-2010.pdf

Souhaitons en 2011 voir l’émergence de nouveaux modèles. Notre culture gagnerait à être réactualisée à l’aide de valeurs correspondant à notre époque, et non aux idéaux simpliste du début du 20ème siècle.

Share

Related posts:

  1. Mon pays ce n’est pas une chanson
  2. Le début de la fin du cynisme?
  3. Quelques considérations en éducation

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll