Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

L’éducation et le gros bon sens

Posted on | janvier 2, 2011 | No Comments

Malgré le nom de mon blogue, j’essaie d’éviter de faire intervenir la notion de « gros bon sens » dans mes billets. D’abord, c’est une notion vague et peu explicite, et très galvaudée par les temps qui court. Il est facile de s’en réclamer pour mettre de l’avant n’importe quel argument. D’où la citation de Descartes, immédiatement sous le titre du blogue (allez-y, lisez-là, vous continuerez après). On comprendra que Descartes était plutôt sarcastique, et que j’utilise le terme « gros bon sens » avec une certaine autodérision.

Néanmoins, sous sa meilleure forme, le « gros bon sens » se veut l’affirmation du sens critique et de la réflexion. Le développement de ces habiletés via notre système d’éducation est donc crucial. Les trois liens suivants (en anglais) nous révèlent chacun une facette importante de ce fameux sens critique.

Tout d’abord, l’aventure inouïe de ces élèves britanniques de 8 à 10 ans qui, dans leurs cours de science, ne se sont pas contentés de gober la théorie et de reproduire des phénomènes connus. Au contraire, voulant partager avec eux l’essence de la démarche scientifique, soit le fait d’être curieux face aux phénomènes inexpliqués, d’émettre des hypothèses, de les tester pour les valider ou les invalider, leurs professeurs les ont emmenés à étudié un aspect inconnu de la vie des bourdons et à rédiger un article, publié au final par le prestigieux journal de la Royal Society.

Le deuxième lien trace l’histoire du journalisme scientifique. On y découvre justement que le fait de s’impliquer personnellement dans le sujet, de s’identifier à ce dernier est précisément ce qui rend la communication scientifique intéressante au-delà du cercle restreint des publications spécialisées lues et revues uniquement par des pairs. De même, les technologies modernes rendent la diffusion d’information de plus en plus aisée, et rendent nécessaires le sens critique et la validation d’hypothèses par les lecteurs. Cela s’applique à la distribution de l’information en général, et non seulement à l’information scientifique.

Enfin, le dernier texte parle des conséquences insoupçonnées et dramatiques vécues par les enfants dans un monde qui leur permet de moins en moins de prise de risque. Le développement d’un sens du risque semble être essentiel pour atteindre une certaine forme de maturité émotionnelle et intellectuelle.

Ces trois éléments pris conjointement illustrent à merveille l’importance d’une éducation qui ne dépend pas seulement des connaissances et des compétences, mais également de la curiosité, de l’implication personnelle, voir même du risque d’échec. Ces éléments sont essentiels afin de nous préparer adéquatement à un futur où l’information nous arrivera à un rythme sans cesse plus rapide, mais également afin que nous puissions, en tant que citoyens, former, évaluer, partager et remettre en question nos opinions quant à la société. Important, car c’est la seule méthode à notre disposition pour créer un avenir meilleur.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll