Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Corruption, intimidation, et l’érosion de la démocratie

Posted on | janvier 15, 2011 | No Comments

Bernard Drainville a révélé cette semaine avoir été victime d’intimidation dans un restaurant de Québec plus tôt cet automne. L’incident avait été promptement signalé à la SQ, qui avait encouragé le député péquiste à signaler l’incident aux autorités municipales.

Selon le politicien, un des individus se serait identifié comme étant un neveu de Franco Fava. Fava, pour ceux qui ne le connaissent toujours pas, est un collecteur de fonds du parti libéral dont l’influence a fait l’objet de bien des débats et commentaires lors de la commission d’enquête sur le processus de sélection des juges. Drainville, en chambre (et donc sous immunité parlementaire) avait notamment livré une critique mordante à son endroit.

Le rôle de Fava importe peu dans le billet que je livre aujourd’hui, ni le lien de parenté entre l’agresseur présumé et lui. Ce qui est plus troublant, c’est qu’un individu aurait possiblement (d’ici à ce que des accusations soient déposées et qu’un verdict soit rendu) tenter d’intimider un représentant démocratiquement élu, et aurait été motivé pour ce faire par des liens étroits avec Franco Fava. Autrement dit, l’esprit de clan cherche à prendre le dessus sur le bien commun, sur le respect de chacun.

Cette tentative d’intimidation ne vise donc pas qu’une seule personne. Elle vise directement tous les citoyens du comté représenté par M. Drainville. Elle vise directement tous les électeurs de la province. Elle vise à affirmer la supériorité d’intérêts privés, minoritaires, possiblement familiaux, sur la prise de décision publique et démocratique. Elle vise à faire de la peur le motivateur principal de nos élus.

C’est le propre de l’intimidation de se faire en secret, d’isoler ses victimes. Combien de tentatives de ce genre n’ont pas été rapportées? Au-delà de la corruption, la peur est-elle en train de ronger nos processus démocratiques? Ce genre d’évènement ne fait que souligner la nécessité de tenir une enquête publique sur la corruption au Québec. Il faut révéler publiquement l’ampleur du phénomène, encourager ceux qui se sentent toujours isolés à se manifester ouvertement, sécuriser l’ensemble de la population. Et surtout, il faut écraser dans l’oeuf toute velléité par une poignée d’individus de prendre le dessus sur la volonté de la population.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll