Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Le château de cartes

Posted on | janvier 28, 2011 | No Comments

Les différents régimes politiques du monde arabe vivaient jusqu’ici dans une apparente autonomie splendide, chacun prétextant se mêler uniquement des ses affaires sans trop porter attention aux voisins. En réalité, chaque gouvernement empiétait un peu sur les pays environnants, tentant de promouvoir ses propres intérêts. La Syrie s’amuse ainsi avec le Liban, la Libye avec la Tunisie, l’Égypte avec les territoires palestiniens, l’Iran avec pas mal tout le monde, tout comme l’Arabie Saoudite d’ailleurs.

Les démocraties occidentales, tentant de préserver leurs intérêts économiques, ont soutenu cet état de fait et la stabilité en résultant sans trop se soucier des aspirations démocratiques des habitants. Cependant, les évènements des derniers jours mettent en évidence un fait nouveau: ces aspirations se développaient tout de même dans l’ombre, nourries par un réseau de communication de plus en plus efficace.

Tous ces régimes étaient érigés à la manière d’un château de cartes. Or, la chute du dictateur tunisien Ben Ali a ébranlé la structure. Si d’autres cartes s’écroulent, la contagion pourrait bientôt ne plus être contrôlable. Par exemple, des protestants manifestent depuis plus de trois semaines en Jordanie, où la grogne populaire est attisée par une hausse du prix des denrées alimentaires. La crise politique libanaise ayant mené à la prise de contrôle du gouvernement par le Hezbollah et l’expulsion de Saad Hariri suscite la grogne au pays. Une série de protestations de moindre importance a également touché l’Algérie, le Soudan, le Yémen et quelques autres états.

Évidemment, la révolte populaire n’entraîne pas toujours un changement de régime. La soi-disant révolution verte suite aux élections iraniennes en 2009 n’aura finalement pas entraîné grand changement au sein de cette théocratie. L’exemple le plus célèbre, soit le soulèvement de la place Tien An Men en Chine, n’a pas non plus débouché sur quoi que ce soit- en fait, on récompensait la dictature communiste 19 ans plus tard en tenant les Jeux Olympiques à Beijing.

De plus, les réseaux de communication peuvent être réduits au silence, comme Mubarak l’a fait en Égypte avec l’assentiment complaisant du fournisseur de téléphonie mobile Vodafone, et des principaux fournisseurs de services internet du pays. Cependant, les protestations ont continué à prendre de l’ampleur même après le black-out médiatique, ce qui laisse supposer que la vague de fond ne sera pas si aisément freinée.

Il est beaucoup trop tôt pour affirmer que ces mouvements résulteront en une plus grande ouverture démocratique du monde arabe. L’hypothèse d’une montée de l’intégrisme religieux est tout aussi plausible et en effraie plus d’un. Par contre, la création et le maintien de réseau de diffusion d’information indépendants peut maintenant être vu comme un autre moyen de promouvoir la démocratie et les droits de l’homme dans ces régions, moins risqué et beaucoup moins dispendieux que les guerres vaines menées en Irak et en Afghanistan, par exemple.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll