Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Où s’en vont les libéraux?

Posted on | février 7, 2011 | No Comments

La frange québécoise du parti libéral du Canada a dévoilé aujourd’hui sa nouvelle arme en vue des prochaines élections fédérales. Il s’agit d’un court vidéoclip savamment intitulé (notez le sarcasme) Pucapab  et qui tente de mettre en valeur, par des dessins rudimentaires en noir et blanc, l’échec des conservateurs à répondre aux aspirations des électeurs. Mais constatez d’abord par vous-même:

Je ne déborde pas particulièrement d’affection envers les conservateurs. Mais ce clip m’apparaît d’ores et déjà comme un échec retentissant, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, le clip francophone visera principalement la population québécoise, où les libéraux ne détiennent qu’une poignée de sièges principalement concentrés dans la grande région de Montréal. Malheureusement, si le Québec est tapissé bleu mur à mur, il s’agit plus du bleu pâle des bloquistes que du bleu royal conservateur. Si les libéraux visaient les Acadiens, c’est encore un échec, les régions francophones du Nouveau-Brunswick étant déjà libérales ou néo-démocrates. Enfin, les Franco-Ontariens dans leur ensemble sont dilués parmi la population anglophone sur un pan de territoire qui rend cette pub plus ou moins inutile.

Ensuite, la députation conservatrice québécoise, inférieure en nombre aux libéraux, même en incluant le lèche-botte André Arthur (officiellement indépendant) s’agglomère aux environs de la région de Québec. Mais le clip exploite une série de thèmes chers à la prétendue clique du plateau (qui, admettons-le, réside maintenant dans Homa, Verdun, Rosemont, voir le Mile-End) mais ne rejoignant pas nécessairement les préoccupations des gens de Québec, chez qui l’appartenance identitaire locale s’est exacerbée dernièrement suite au 400ème anniversaire de la ville de Québec. Jeux Olympiques, franchise de la LNH, Crashed Ice, et spectacles à grand déploiement, bref, les manifestations grandiloquentes de pouvoir collectif sont aujourd’hui plus à la mode de l’autre côté de l’autoroute 20.  

Mais surtout, quel gaspillage d’argent et d’effort! Le danger qui guette les libéraux ne vient pas tant du Québec, où le Bloc Québécois vivote avec ses députés habituels, et où au mieux le NPD pourrait gagner un ou deux sièges. Il vient plutôt de l’Ontario, que la machine électorale de Stephen Harper est en train de digérer tout rond, y surpassant Ignatieff dans les intentions de vote.

Cette campagne semble en fait une réaction trop rapide, voir paniquée, à la campagne de Stephen Harper visant à dénigrer le chef du parti libéral, mais ce genre de publicité négative est traditionnellement mal reçu au Québec. La contre-attaque est donc mal calibrée. Pour en finir, le concept et les qualités artistiques du vidéo sont douteuses – le noir et blan naïf, lorsque bien animé, peut être fort sympathique, mais le tout a ici été réalisé à la sauvette, à grand coups de copier/coller, la trame sonore manque d’originalité, les rimes douteuses et le titre même, Pucapab, est une insulte à la langue française au moment même ou Maxime Bernier vient de remettre la pertinence de la loi 101 sur le tapis.

Un échec presque complet, donc. Au moins ce n’était pas un lipdub…

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll