Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Le plan qui venait du nord

Posted on | mai 9, 2011 | No Comments

Une belle campagne de relations publiques se mettait en branle aujourd’hui à Québec alors que le premier ministre Jean Charest dévoilait enfin son fameux Plan Nord, après en avoir laissé filtré des échos dans les médias depuis quelques temps. À lire la description de ce projet sur le site du gouvernement, par contre, on peut déjà mettre quelques bémols sur l’enthousiasme qu’aimerait générer le premier ministre.

Le plan aimerait être le joyau dans la couronne libérale, et on y retrouve effectivement quelques bonnes idées. Des investissements accrus en développement hydroélectrique notamment, un saupoudrage d’éolienne et un peu d’argent pour des infrastructures industrielles – pas grand chose, un peu plus de 300 millions par an, ou 0,4% des dépenses consolidées du gouvernement en 2010-2011. De surcroît, seulement la moitié de ces sommes sont propres au Plan Nord, le reste étant déjà prévu dans les projets d’infrastructures ou les dépenses des ministères.

Au-delà des bonnes idées, beaucoup de bonne volonté. On parle de relancer l’industrie forestière grâce à la biochimie, de maximiser le potentiel agricole (tiens, on va faire l’élevage du caribou?) et surtout, de paver la voie (c’est le cas de le dire) pour l’installation de multinationales de l’industrie minière. Notons la présence d’ArcelorMittal parmi les partenaires de ce plan. Le potentiel minier y est probablement; on n’a pas fini d’entendre parler d’or, de diamants, d’uranium et de terres rares.

Mais tout cela justifie-t-elle le plan de communication mis en marche par Charest? Le rapport détaillé du budget déposé le 17 mars dernier comprend beaucoup plus d’information que le propre site web du plan nord en contient. Et hormis les investissements du gouvernement, les autres partenaires se font toujours attendre.

Voilà probablement le véritable but de l’opération: lancer officiellement la campagne de démarchage internationale qui pourra attirer vers nos grands espaces quelques compagnies minières et forestières avides d’aventure et sans doute deux ou trois touristes à la recherche de sensations fortes. Ce marketing saura-t-il les convaincre?

Share

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll