Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Missions, Visions, Valeurs

Posted on | septembre 10, 2011 | No Comments

On a fait grand cas récemment d’une suggestion visant à regrouper les professeurs au niveau primaire et secondaire en ordre professionnel. D’autres recommandent l’évaluation obligatoire des professeurs. Le débat fait suite à un reportage de La Presse illustrant l’extrême difficulté, voir l’impossibilité de se débarrasser dans les institutions d’enseignement public de professeurs incompétents, voir nocifs pour l’apprentissage des enfants.

Le principal coupable pointé rapidement du doigt est le syndicat, qui protège généralement ses membres sans trop de considération pour les retombées sur l’institution et la clientèle. Sans sombrer dans le cliché, il se produit effectivement à l’occasion quelques débordements de zèle de ce côté. Nous avons tous rencontré ou même, si nous avons été profondément malchanceux, eu à suivre les cours d’un de ces enseignants.

Ce que je vois ici par contre c’est un immense malaise social, qui prend sa source dans l’absence de valeurs partagées entre tous les intervenants. Cette même absence de valeur empêche la mise sur pied d’un contrat social et moral cohérent qui protégerait efficacement les intérêts des parties tout en permettant d’encadrer, voir de retirer, les éléments plus pernicieux.

Valeur: voir l’accès à l’éducation comme une nécessité fondamentale pour la survie de notre modèle politique collectif, d’abord, mais également notre survie individuelle dans un monde aux connaissances de plus en plus riches. Valeurs: le respect, l’entraide, le partage, le dépassement de soi. Tristement ces valeurs ne sont pas toujours partagées dans notre société. Comment nous y attendre à l’école?

La question se pose aussi car l’école, comme plusieurs organisations, peut se doter d’une mission et d’une vision. Voici un exemple de mission: Fournir un enseignement de première qualité dans toutes les matières académiques et contribuer au développement de l’élève, de l’organisation et de la société. Voici un exemple de vision: Devenir une référence internationale en matière d’enseignement, d’éducation et d’intégration.

Pourquoi se casser la tête avec ces concepts? À quoi servent mission, vision et valeurs? Tout simplement, ils orientent l’évolution d’une organisation et de tous ses acteurs. Ils agissent comme les moteurs fondamentaux de toutes les actions posées par les parties. Par le fait même, ils peuvent servir à protéger celles-ci. Toute décision de l’une qui contrevient à ces principes fondamentaux peut alors être disputée, remise en question. Si le syndicat défend un professeur manifestement incompétent sans tenir compte des impacts néfastes que de telles actions ont sur l’intégrité du réseau d’enseignement, alors cette action devient intolérable. Si la direction tente de mettre en place une équipe selon des critères basés plus sur le favoritisme que sur la compétence et l’apport réel à l’institution, alors de telles actions sont tout aussi intolérables.

D’où l’importance des valeurs: ce sont elles et elles seules qui peuvent dicter la mission et la vision d’une organisation; autrement celle-ci nous apparaîtra comme un monstre incompréhensible.

Je ne parle ici que du réseau d’éducation, mais les mêmes principes pourraient s’appliquer à tous les niveaux de gouvernement. L’entreprise privée le fait déjà, dans plusieurs cas. Pourquoi pas les rendre obligatoires et adopter quelques outils légaux pour les rendre encore plus efficaces?

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll