Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

La culture, c’est (littéralement) la vie!

Posted on | novembre 8, 2011 | No Comments

Dans sa célèbre trilogie en cinq volumes (!) l’auteur Douglas Adams faisait des dauphins la deuxième espèce la plus évoluée sur cette planète (après, précisons-le, les souris). Ces mammifères marins avaient mis au point un langage évolué à base de prouesse de cirque et de sifflements afin de prévenir les humains de la fin du monde imminente.

Or il appert qu’Adams n’était peut-être pas si loin de la réalité, finalement. Pas pour les souris, convenons-en, mais bien pour les mammifères marins. Il semble en fait que la preuve ait été établie que les cachalots ont une culture qui leur est propre, indépendante des facteurs génétiques ou environnementaux. Chaque animal aurait un marqueur sonore propre, un « nom » en quelque sorte. Selon les hypothèses de Hal Whitehead, l’un des deux chercheurs à la source de cette découverte, cette culture permettrait aux cachalots de réguler leurs comportements sociaux afin de minimiser les dommages causés par leur sonar. Elle serait également vitale à ces animaux qui se déplacent constamment dans un habitat sans cesse changeant.

L’émergence d’une culture comme avantage évolutif nous éclaire également sur le rôle qu’elle joue dans la société humaine. Après tous, nos ancêtres nomades chassant en groupe ont également dû devoir mettre au point des mécanismes pour normaliser leur comportement en certaines situations. Aujourd’hui en Occident, les menaces immédiates ont pour la plupart disparu de notre environnement physique. Est-ce que la culture devient moins importante pour autant?

Absolument pas! C’est désormais l’environnement social et technologique qui évolue à toute vitesse – encore une fois la culture risque d’être le meilleur outil pour s’adapter à ses changements. L’importance de la réaction humaine, à l’échelle de la planète, face à la mort de Steve Jobs, conforterait cette hypothèse. L’iPhone, nouveau véhicule de contenu culturel, incarne la révolution moderne des télécommunications et Jobs, son créateur, en était un des principaux gourous. Ce n’est pas la perte de l’inventeur qui nous a choqués plutôt que la perte d’une référence culturelle.

Mais voilà, si c’est la culture qui nous aide à mieux appréhender notre environnement, il devient important de la soutenir, de la nourrir et d’encourager ceux qui y contribuent, qui l’enrichissent, qui y travaillent. Ainsi, loin d’être un boulet, une dépense folle, l’investissement culturel deviendrait un investissement contribuant au développement social. Ce contenu est imprévisible, en réaction aux stimuli sans cesse changeant de notre monde. Loin de se limiter à une approche par projet, c’est le soutien des infrastructures structurelles, d’espaces propices à la création, à la diffusion et à la valorisation de la culture qu’il faut également mettre de l’avant.

Du point de vue de l’évolution, c’est un avantage indéniable!

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll