Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Je ne me souviens que d’oiseaux en colère

Posted on | novembre 11, 2011 | No Comments

Les biplans sillonnent le ciel, se combattant les uns les autres, larguant leurs bombes sur les positions ennemies. Ce sont les chevaliers de l’air et leurs représentants acquièrent d’étranges lettres de noblesse: voir le Baron Rouge, par exemple. Leurs montures ailées, Pégases mécaniques et mortelles, transforment le visage de la guerre. L’aviation a à peine 10 ans.

11 Novembre 1918. L’armistice est signé entre forces alliées et force de l’Axe. Le conflit sanguinaire qui vient de déchirer l’Europe prend fin momentanément; rien n’étant vraiment réglé du point de vue géopolitique, il éclatera à nouveau 20 ans plus tard lorsque l’Allemagne recommencera son expansion en Europe centrale.

9 millions de victimes gisent sur les champs de bataille. 20 millions de blessés s’y ajoutent. Un des premiers et plus épouvantables chapitres de l’histoire du XXème siècle, qui se clôt sur environ 40 millions de militaires décédés et 231 millions de victimes (en incluant les civils).

Les chevaliers du ciel aujourd’hui sont remplacés par des drones. Il semble qu’en Occident nous ayons acquis un certain dégoût de la mort violente – lorsqu’elle concerne nos troupes uniquement. Nous n’avons aucun remords à verser le sang des autres, soldats ou civils, dommages collatéraux inclus. La guerre à distance, donc. La guerre tout confort. Mais la guerre quand même, pour les soldats des deux camps qui y combattent.

À chaque jour entre 1914 et 1918 entre 30 et 40 fois plus de personnes perdaient la vie au combat que le Canada n’a perdu de soldats dans toute sa mission en Afghanistan. Cela ne rend pas leur sacrifice moins noble, au contraire. Cela indique que, sur le sang versé par leurs prédécesseurs, une civilisation s’est érigée qui préfère maintenant se battre sur les terrains de football, ou en cour de justice, par exemple à coup de brevets permettant ou non la commercialisation d’un nouveau téléphone intelligent.

Sur ce même téléphone intelligent, vous pourrez échanger vos commentaires, faire acte de souvenir, honorer la mémoire de ces soldats, tout en catapultant des petits oiseaux sur des cochons verts. Peu résolu aujourd’hui à faire la guerre, à verser le sang même lorsque nous avons une chance réelle de permettre à certains peuples d’accéder à l’auto-détermination, nous pouvons dormir réconforté par notre capacité à exterminer nos ennemis virtuels. 231 millions de morts nous permettent maintenant de nous divertir tranquillement en jouant à Angry Birds.

Pourtant, aussi absurde que semble parfois le monde résultant de leur sacrifice,  ces soldats l’auraient fait même en toute connaissance de cause.  Rappelons-nous que la magnitude de l’héroïsme passé ne le rend pas banal pour autant.

Je devrais me souvenir d’avions de chasse, de risques insensés, d’un combat pour l’idéal, pour la liberté quand je ne me souviens parfois que d’oiseaux en colère.

Que votre souvenir alors persiste en nos mémoires.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll