Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Kyoto mon amour

Posted on | novembre 29, 2011 | No Comments

Peter Kent, ironique ministre conservateur à l’environnement, croit que le protocole de Kyoto est dépassé. Faisant front commun avec quelques alliés de circonstances (la Russie, le Japon, opposés dès le départ au traité) le ministre veut que tous les pays soient forcés de contribuer à parts égales dans la lutte aux émissions de gaz à effet de serre.

Flashback sur 2002: le Canada devient le 99ème pays à ratifier le protocole de Kyoto. Puis en 2005, le protocole entre officiellement en vigueur lorsque les conditions de ratification sont respectées. L’annonce se fait à la conférence de Montréal, où, alors ministre libéral de l’environnement, un Stéphane Dion jubilant avait même renommé son chien en l’honneur du traité.

9 ans plus tard il faut admettre que la donne a changé. Les mêmes arguments économiques sont repris, visant surtout à défavoriser les avantages manufacturiers des pays en voie d’industrialisation et à protéger artificiellement la position des pays développés. Incidemment, les pays ayant adopté cette approche en 1997 lors du début des négociations incluaient le Canada, la Russie, le Japon et les États-Unis, soit 4 des 7 plus gros pollueurs sur la planète. Leur position visait évidemment la Chine, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre.

L’argument du ministre Kent fait donc penser à cette vieille blague: un automobiliste se fait arrêter pour vitesse excessive. Il se justifie envers le policier en disant qu’il ne faisait que suivre le trafic. Lorsque le policier lui fait remarquer qu’il n’y a aucun autre véhicule sur la route, le conducteur s’exclame: « c’est sûr, ils m’ont tous dépassés! » L’argument conservateur revient à prétendre qu’il n’y a aucun mal à polluer comme un forcené, prétextant que les autres pays sont largement en avance sur nous. Évidemment, c’est faux de bout en bout.

Malheureusement, il n’y a pas de gendarme international pour arrêter ce gouvernement irrespectueux de ses engagements. Pas de policier pour coller une amende aux conservateurs. Pas de mécanisme de contrôle pour assurer que les actions suivent les paroles (et les signatures). Il n’y a que nous, à l’interne, qui puissions effectuer cette action, en manifestement sur toutes les tribunes notre désaccord envers les positions adoptées par le gouvernement Harper.

 

Share

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll