Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Vendre les employés à rabais

Posted on | janvier 5, 2012 | No Comments

Avec l’inégalité salariale, dont je discutais hier, les conflits de travail occupent une portion importante de l’espace médiatique en ce début d’année 2012. Si au Québec on se concentre surtout sur les conflits chez Rio Tinto Alcan et la papetière White Birch, il n’en demeure pas moins que le reste du Canada connait aussi les mêmes déboires dans le domaine des relations de travail.

L’exemple le plus frappant est rapporté ici et concerne la compagnie Electro-Motive Canada. Vous ne connaissez peut-être pas ce nom (j’ignorais l’existence de cette entreprise également). Il s’agit d’une filiale du gigantesque équipementier Caterpillar Inc. Gigantesque est approprié: on parle ici de ventes mondiales de 43 milliards de dollars pour l’exercice terminé en 2010, et de profits de 2,7 milliards.

Dans le contexte, on trouvera peut-être surprenant qu’en 2008 le gouvernement Conservateur ait jugé approprié de faciliter la venue de l’entreprise par une généreuse subvention de 5 millions, permettant la création de 420 emplois (soit environ 12 000$ par emplois). Étrangement, la compagnie demande aujourd’hui à ses employés des concessions équivalant à 55% de leur salaire. Harper refuse de dévoiler la nature exacte des engagements, prétextant entre autre que le rachat de l’entreprise par Caterpillar est postérieur à l’octroi de la subvention.

Évidemment, toute cette histoire paraît bien insignifiante en comparaison au conflit chez Rio Tinto Alcan, où chaque emploi dans l’aluminerie est subventionné par notre bon gouvernement à hauteur de 600 000$ par an (vous avez bien lu)! Tout à fait effarant, et je vous redirige vers un autre blogueur pour une description assez complète de la situation.

On semble oublier par le fait même que les Conservateurs viennent de faire un beau cadeaux aux entreprises canadiennes en réduisant leur taux d’imposition à des niveaux historiquement faible. Toute la logique derrière cette baisse était que les gains devaient en théorie être refilés aux employés et aux consommateurs, permettant de stimuler l’économie.

En pratique, on commence à réaliser que les multinationales ne se contenteront pas de conserver ces sommes pour elles, mais qu’elles feront tout en leur pouvoir pour aller gratter chaque fond de tiroir, sur le dos de ces mêmes employés et consommateurs, voir en fouillant même plus profondément dans les poches de notre gouvernement. Le tout, évidemment, pendant que ce dernier regarde complaisamment dans l’autre direction et refuse de répondre à quelque question que ce soit à ce sujet.

Avec un peu de chance, dans quatre ans, ce gouvernement aura fini de vendre le Canada et le Québec à rabais.

Share

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll