Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

À propos d’Option Nationale…

Posted on | janvier 16, 2012 | 1 Comment

Photographie par Radio-Canada

Dans mon billet d’hier sur les sondages d’intentions de vote, j’ai mis un trait sur la présence d’Option Nationale dans le paysage politique québécois. Une de mes amies, qui sans se déclarer militante s’est néanmoins impliquée beaucoup dans le parti, m’a contacté à ce sujet, désirant savoir ce qui me poussait à cette conclusion.

En fait, je vois la disparition d’ON comme relevant de deux facteurs bien distincts.

D’une part, un très mauvais timing: la frange de la population qui s’intéresse activement à la souveraineté est en baisse. Ceux qui restent sont effectivement très impliqués et ne se reconnaissent plus toujours au PQ (ce qui explique la base militante d’ON) mais le mouvement semble en grande partie s’arrêter là. Lorsque Aussant a quitté le PQ, ce fut pour manifester haut et fort son désaccord face à l’abandon de la poursuite de la souveraineté dans l’immédiat par Pauline Marois. Ce désaccord fut fortement médiatisé. Qu’on le veuille ou non, l’étiquette accolée à Aussant est désormais celle de la souveraineté avant tout.

Ensuite, ON n’a pas vraiment de saveur distinctive ou d’avantage concurrentiel (si on parle en terme de marketing) auprès de l’électorat, qui le perçoit comme un calque du PQ. Entre l’original et la copie, les gens préfèrent (pour diverses raisons) encore l’original. On pourrait aussi y voir une notion de vote stratégique. Bien entendu (comme me l’a fait remarquer mon ami) le programme d’Option Nationale est plus ambitieux, plus détaillé. Honnêtement, plusieurs des positions dans ce programme sont extrêmement intéressantes, que vous soyez ou non souverainistes. Sauf que pour lire le programme, il faut d’abord avoir une raison, un désir de le faire. Et Aussant ne crée malheureusement pas cette motivation.

Pour ces deux raisons, Aussant n’a pas réussi à susciter le momentum qui lui assurerait une viabilité durable dans les intentions de vote. L’enthousiasme des militants (qui s’impliquent activement, et qui semblent démesurément représentés sur les réseaux sociaux), pour l’instant, ne se communique pas à la population en général. La population veut du changement, certes, mais le thème principal d’Option National est précisément l’un de ceux dont elle ne souhaite plus entendre parler.

Ceci dit, une couple de coups d’éclat et ça pourrait changer. Mais j’en doute. Le centre est déjà pas mal saturé. Ironiquement, une montée d’Aussant risquerait de profiter à… Jean Charest. La base libérale est stable, mais Legault et Marois se disputent les mêmes électeurs. Si Aussant vient diluer le vote de ces deux-là, Charest risque de consolider sa position et même de se hisser en tête.

La réelle utilité du programme d’Option Nationale réside dans un potentiel retour au PQ (dans l’alternative d’un changement de chef, on s’entend). À ce moment certaines des idées d’Aussant pourraient se retrouver inscrites au programme d’un parti qui a une chance réelle sinon d’accéder au pouvoir, du moins de détenir la balance du pouvoir dans un gouvernement minoritaire.

Comments

One Response to “À propos d’Option Nationale…”

  1. M.Verret
    janvier 26th, 2012 @ 23:50

    juste comme ça… A partir de combien de membres au sein d’Option Nationale on on va pouvoir dire au PQ: Bon bin, on tasse tu Pauline pis on se dit les vraies z’affaires??? 3000-5000-10000? parce que c’est ça qui va arriver…les indépendantistes ont marre de la « Souverainance Gouverniste » lol

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll