Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

L’Empire contre-attaque… un chameau??!!

Posted on | février 12, 2012 | No Comments

Photographie de Bertil Videt

Internet regorge de personnages rocambolesques, factices, imaginaires, parfois déplaisant, souvent amusant et à l’occasion hilarant. Les réseaux sociaux ne font pas exception, et Twitter particulièrement se démarque à ce chapitre. Si les faux comptes sont une réelle plaie, certains comptes parodiques eux sont savoureux dans leur démarche.

Prenons par exemple le compte de Patrick Neault, aussi connu sous le nom de Paquit le Chameau (@paquitlechameau). Notre camélidé préféré s’illustre en créant de fausses répliques qu’il assigne à différentes personnalités publiques. On sait toutefois qu’en humour, l’appréciation varie dépendant du goût de tout un chacun, comme ce pauvre chameau a pu en avoir la preuve hier.

Ainsi, Paquit publiait sur Twitter le billet suivant:

RT @SophieDurocher Parfois je regarde #Sagard , son luxe, sa majesté, et je me demande si j’ai choisi de flagorner du bon coté…

L’outrecuidance du propos indique clairement qu’il s’agit d’un faux. Pour ceux qui ont besoin de l’explication: Sagard est relié ici à Paul Desmarais qui contrôle le groupe Gesca, grand rival de Québécor Média et employeur de Mme Durocher. La plume de cette dernière se retrouve en effet dans plusieurs de ses publications écrites. Qu’une journaliste compare ses écrits à de la flagornerie est également improbable, même si les accusations de complaisance ne manquent guère lorsque le contenu des articles publiés Québécor est en cause. N’empêche, la cible des propos de Neault n’a pas semblé apprécier, tel que révélé par sa réponse:

@PaquitLeChameau Je vous ORDONNE de retirer immédiatement vos faux RT à mon nom. Sinon mon avocat s’en chargera !

Et c’est ici que ça se corse. Si on avait à donner un exemple dans un cours Comment ne pas agir sur les médias sociaux 101, celui-ci viendrait certainement en tête de liste. (J’y pense: faites suivre le tout à Michelle Blanc, ça sera peut-être dans son prochain livre!) Outre l’absence évidente de sens de l’humour, le recours immédiat à la menace (sans parler des lettres majuscules) dévoile une incompréhension évidente de l’étiquette des médias sociaux. À la limite, un message privé ou une réponse plus polie aurait sans doute été d’une efficacité supérieure. Au mérite du rigolo ruminant, celui-ci a tenté de civiliser le débat un peu:

@sophiedurocher un peu d’humour, je fais ça pour des dizaines de personnalités, c’est de la caricature et c’est sans malice.

Mais manifestement, sans grand succès:

@PaquitLeChameau Vous direz ça en cour, aux avocats d’une grande entreprise de presse qui utilisent un de vos faux RT pour m’incriminer.

Ce qui ne manque pas d’humour involontaire, présumant de l’absence de discernement d’une grande entreprise de presse (non précisée, mais bon, lisez entre les lignes…) et sans doute de bien d’autres choses que je n’ose pas trop avancer sous peur de recevoir une mise en demeure. Le mot de la fin revint tout de même à ce grand quadrupède:

@sophiedurocher je ne suis pas responsable de la bêtise de qui que ce soit. Perso, je ne prendrais pas au sérieux ce que raconte un chameau.

Et honnêtement après ça, tout était dit… L’histoire a rapidement fait le tour de Twitter, débordant même sur le blogue La Clique du Plateau.

Aux dernières nouvelles, aucune action légale ne semble avoir été intentée contre un chameau, et ni la SQ ni la SPCA n’ont eu à intervenir dans ce dossier.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll