Le Gros Bon Sens arrive en ville!

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. (Descartes, Discours de la méthode)

Endettement et esclavage, de Solon à la CLASSE

Posted on | avril 19, 2012 | No Comments

Vous connaissez Solon? Peut-être pas… C’est un législateur athénien qui a aboli voici plusieurs siècles l’esclavage pour dette. Autrement dit, un citoyen ayant contracté une dette et se trouvant dans l’impossibilité de la rembourser pouvait se vendre, ou encore vendre sa famille en esclavage à son créancier, remboursant sa dette par le travail.

Joli système en théorie… en pratique, l’esclave se trouvait soudain accablé par une liste de frais (officiels ou officieux) qui rendaient le remboursement de sa dette impossible; qui plus est, sa servitude se transmettait de génération en génération.

Légalement un tel système ne devrait plus exister de nos jours. De plus on reconnait à chaque enfant une certaine indépendance envers le legs de leurs ancêtres. Il est possible de refuser l’héritage d’un parent lourdement endetté, coupant ainsi le cycle.

De même, vous pouvez maintenant contracter toutes les dettes que vous voulez; si vous vous retrouvez face à l’incapacité de payer, vous pourrez en dernier recours déclarer faillite, et être absout de ce fardeau, moyennant bien entendu une tache  pour les 7 prochaines années à votre bureau de crédit.

Enfin vous pouvez vous libérer de toutes vos dettes, sauf une: votre prêt étudiant. Celui-ci vous est lié comme une ancre à un navire pour les 7 années suivant la fin de vos études (soit parfois bien longtemps après avoir contracté la dette en question).

Au moment même où l’on s’apprête à hausser les frais de scolarité en proposant en retour d’endetter encore plus lourdement les étudiants, il serait peut-être bon de se rappeler que l’histoire se répète et que notre ami Solon avait sans doute d’excellentes raisons d’abolir l’esclavage pour dette. Ce dernier, en fait, est considéré comme l’un des pères fondateurs de la démocratie athénienne. Rendre la liberté au peuple était le premier pas pour lui rendre sa dignité et l’impliquer dans la gestion de la cité. Certes la démocratie athénienne était imparfaite, mais représentait une certaine amélioration sur les régimes précédents.

L’économie agraire athénienne antique s’est transformée au XXIè siècle en économie du savoir. Par contre nous prétendons forcer vers la servitude les jeunes désirant accéder à cette économie, désirant s’investir pour contribuer à développer notre société et la faire fructifier. Une servitude envers laquelle ils ne peuvent se libérer. Le prétexte: les autres programmes sociaux ne nous permettent pas cette liberté.

Nous voici donc revenu au bon vieux cercle vicieux: les aînés s’étant trop lourdement endettés s’apprêtent à vendre leurs enfants en esclavage. Nous poussons les générations futures vers l’esclavage en sachant trop bien que la spirale des frais ne fera qu’augmenter à une vitesse de plus en plus démesurée. Nous créons une servitude de laquelle nous ne pourrons nous libérer.

Nous nuisons ainsi à notre économie, à notre société et à notre démocratie.

Comments

Leave a Reply







  • Photographie par Patrick Meunier

    Tous droits réservés, Patrick Meunier, 2010

  • Articles récents


  • legrosbonsens.net on Facebook

  • Follow LeGBS on Twitter
  • Ze Blogroll